Vienne : le bras-de-fer tourne à l’avantage des Iraniens

Le journal Raï al-Youm, paraissant à Londres, citant des sources proches des négociations, révèle dimanche que les pourparlers ont beaucoup progressé à Vienne et qu’un accord serait très proche. Le quotidien rajoute que « les puissances signataires auraient accepté presque toutes les exigences iraniennes ».

Selon cet accord qui serait signé pour une période de deux ans, l’Iran pourrait garder une partie de l’uranium enrichi et du combustible nucléaire. Par ailleurs, les sanctions américaines seraient progressivement levées, ce qui ferait à nouveau affluer des milliards de dollars dans les caisses du régime des ayatollahs. Si ces informations sont confirmées, les puissances européennes et les Américains auront ainsi plié face aux desiderata de Téhéran, mis à part l’exigence iranienne d’une garantie américaine de ne pas se retirer de l’accord à l’avenir, car un tel engagement est interdit par la constitution des Etats-Unis.

Samedi, le chef des négociateurs iraniens Ali Bagheri avait confirmé que « les différends diminuent lors des négociations » principalement sur la question de la levée des sanctions américaines. Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, avait lui-aussi estimé que les négociations « avançaient sur un chemin plutôt positif » et appelé « à la signature urgente d’un accord ».

Dans un article qu’elle a fait paraître dans Israël Hayom, la journaliste Caroline Glick cite un rapport paru dans le journal britannique « Spectator » qui fait part de « la situation dangereuse dans laquelle se trouvent les négociations ». Le journal révèle que des participants européens aux négociations en attribuent la responsabilité principale à Robert Malley, l’émissaire du président Biden pour l’Iran, qu’ils qualifient de « colombe la plus extrémiste qu’ils n’aient jamais vue ». « Il s’est tellement agenouillé devant les Iraniens qu’il leur parlait du haut de ses genoux », indiquent ces Européens avec sarcasme. Robert Malley avait également été le principal artisan de l’accord de 2015 alors qu’il travaillait pour le président Obama et c’est dans cet objectif que l’actuel président démocrate américain l’a nommé au poste d’émissaire spécial.

Photo Geralt / Pixabay

close

Recevez chaque matin l'info en direct d'israël 24h/24 - 6j/7

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.
En vous inscrivant, vous accepter de recevoir des offres de partenaires de LPH Infos

Article suivant

Commentaires 3

  1. Elie Kazado says:

    ## NOUS VIVONS DANS UN MONDE DE FOUS ?;;;
    LES PAYS SOIT-DISANT DEMOCRATIQUE S’AGENOUILLENT !:::
    LES // MOLAHS , L’ISLAME SONT NOS ENVAHISSEURS !;;;;
    CES ENNEMIS CRIMINELS ONT COMPRIS NOTRE FAIBLESSE !;;;
    PAR LA TERREUR ILS OBTIENNENT TOUS !;;;#
    OU EST NOTRE DISUASION ?;;; AURIONS NOUS PEUR ?;;;

  2. yacotito says:

    Vivement le retour des republicains.
    La gauche où qu’elle soit et quel que soit son nom produit toujours les mêmes effets: des catastrophes

  3. Parole says:

    Nous marchons vers une guerre mondiale ça c’est sûr ! Apocalypse 12
    …11Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort. 12C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux. Malheur à la terre et à la mer! car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Create New Account!

Fill the forms below to register

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.