jeudi, 18 octobre, 2018

Une belle Victoire!

Amira Jumah n’est plus à présenter. Cette jeune Koweitienne, stagiaire au service culturel de l’ambassade de France à New York et étudiante à Science Po, avait publié en 2015 sur son Facebook  un post injurieux et antisémite adressé à un étudiant israélien :

« Vous n’êtes de nulle part dans ce monde. C’est la raison pour laquelle vous êtes des déchets et des rats et mal traités partout dans le monde. Ne remettez pas ça sur le dos des pauvres Palestiniens […]. D’abord, vous les rats dispersés, je ne suis pas une immigrée de France. Je viens du Koweït et mon pays peut vous acheter, vous et vos parents, et vous mettre dans des fours. »

Ce post a été découvert par le site Inglourious Basterds qui s’est donne pour mission de traquer sur Internet les « nouveaux nazis ». Cette publication devient rapidement virale sur les réseaux sociaux et l’ambassade de France décide de renvoyer Amira Jumah. En parallèle, Science Po décide de suspendre ses études en attendant une décision du conseil disciplinaire de l’établissement. Cette suspension fut confirmée par un renvoi de l’institution.

Suite a la plainte déposée par les avocats Me Rémi-Pierre Drai et Karine Rozenblum, représentant l’Association Alliance France-Israël et l’OJE, elle est condamnée en octobre 2016 par le Tribunal de Grande Instance de Paris à une sanction pénale pour avoir commis le délit d’injure raciale. L’étudiante porte le jugement en appel.

Me Rémi-Pierre Drai

Hier, le 21 mars 2018, la Cour d’appel de Paris a validé la condamnation pénale et civile d’Amira Jumah. La cour a rendu son verdict et confirme le jugement du 26 octobre 2016 et a rejeté les moyens de nullité et d’incompétence soulevés par la prévenue. De même la culpabilité d’Amira Jumah a été confirmée, tout en réduisant partiellement la peine. L’étudiante a donc été condamnée à une amende de 2000 €. Le jugement en toutes ses dispositions civiles a été confirmé et a ajouté une condamnation  de Jumaa à payer aux Associations Avocats sans Frontières et Alliance France-Israël une somme de 1000 € à chacune au titre de l’article 475-1 du code de procédure pénale en cause d’appel.

Maitre Remi Pierre Drai a confié à LPH son ressenti à propos du verdict :

« Je suis bien entendu satisfait de la condamnation de cette étudiante de Sciences Po Paris, j’ai été moi-même étudiant à Sciences Po Paris et si nous avions une grande liberté de parole en tant qu’étudiant, nous respections la vocation humaniste et républicaine de cette belle institution. Aucune parole raciste n’était tolérée.

Après la sanction du Consulat de France à New-York qui a immédiatement mis un terme au stage d’ Amira Jumah, après la décision courageuse de Sciences Po Paris d’exclure Amira Jumah, c’est la justice française qui la sanctionne pour la 2ème fois.

De tels propos sont épouvantables et méritaient une telle sanction.

Avec les 50 avocats de l’Organisation Juive Européenne, nous poursuivons systématiquement les attaques antisémites sur internet, y compris lorsqu’elles prennent le faux visage de l’antisionisme.

Le plan de lutte contre l’antisémitisme et le racisme présenté par le Gouvernement de Mr Edouard Philippe démontre également que ce sujet est d’une actualité brûlante et mérite des réponses appropriées et innovantes, face au déferlement d’antisémitisme que nous constatons sur Internet. »

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Comment

  • Nina

    26 mars 2018

    Encore une belle victoire pour l’OJE et les avocats.
    Après une relaxe de Soral, ça fait du bien.

    Kol akavod

    Replay

Laisser un commentaire

Recevez chaque matin

L'actualité israélienne des dernières 24h !