mardi, 23 octobre, 2018

Meouhadim: Agir pour la sainteté de Jérusalem

Arié King, conseiller municipal Ihoud Leumi à Jérusalem, présente sa liste pour les prochaines municipales. Elle sera sous le signe de l’unité entre les différentes nuances du public religieux de la capitale, qui place en tête de ses préoccupations, la présence juive à Jérusalem et la sainteté de la ville. Cette liste se nomme Meouhadim (Unis).

LPH a pu s’entretenir avec Arié King et deux de ses lieutenants: Yonathan Yossef, fils du Rav Yaakov Yossef zatsal et petit-fils du Rav Ovadia Yossef zatsal, et Jérémy Bendesson, choisi pour représenter les Francophones sur la liste.

 

Le P’tit Hebdo: Arié King, vous êtes déjà conseiller municipal. Quel bilan tirez-vous de ce mandat qui s’achève?

Arié King: Nous avons pu faire avancer et préserver les dossiers qui étaient importants pour nous. C’est une grande réussite, parce que le maire sortant, Nir Barkat voulait laïciser Jérusalem et a agi contre tout ce qui représente le judaïsme: shabbat, cacherout, main tendue aux Chrétiens, etc. Nous avons réussi à constituer un front dati et haredi contre ces projets. C’est cette union que nous voulons reproduire dans la liste Meouhadim.

 

Lph: Pourtant les listes religieuses ne manquent pas à la mairie de Jérusalem, comme Habayit Hayehoudi ou Yahadout Hatorah.

A.K.: Ces formations politiques ont facilement été retournées par Nir Barkat, pour servir ses intérêts. Ce que nous voulons, avec Meouhadim, c’est créer d’entrée une union qui fera front. Nous prendrons conseil auprès de nos Rabbanim. Nous avons reçu le soutien du Rav Meïr Mazouz, du Rav Yaakov Ariel et du Rav Dov Lior. Nous serons aussi à l’écoute de toutes les populations de Jérusalem, dans le plus strict respect de la démocratie. C’est pourquoi d’ailleurs, nous avons placé en cinquième position sur notre liste, un Francophone.

 

Lph: Jérémy, pourquoi avoir décidé de rejoindre Arié King?

Jérémy Bendesson: Je suis proche d’Eli Ishay et nous avons souvent évoqué des sujets politiques ensemble. Arié King est le plus en phase avec ses idées et il est soutenu par le Rav Mazouz. J’ai saisi l’opportunité qui s’est présentée d’agir de l’intérieur. On ne peut pas rester les bras croisés lorsque l’on constate les dégâts sur le caractère juif et religieux de la Capitale.

 

Lph: Et vous Yonathan, quels sont vos objectifs auprès d’Arié King?

Yonathan Yossef: Arié King souhaite obtenir le portefeuille de la construction. Il est le seul qui a construit, contre l’avis des autorités, des quartiers entiers de Jérusalem: Maale Hazeitim, Nof Tsion, Beit Hanina, repeuplant ainsi de Juifs les rues de notre Capitale. Il est inconcevable que l’on gèle la construction dans les quartiers juifs alors qu’on la poursuit pour les Arabes. Et pourtant cela a été le cas! Mon père, zatsal, a toujours encouragé l’augmentation de la présence juive partout en Israël. Avant son décès, il nous a cité Arié King, comme exemple d’homme politique à suivre. Pour lui, tout cela était plus que de la politique, il s’agissait de la survie de notre peuple, de la Torah à Jérusalem. Je souhaite poursuivre ce chemin.

Lph: Pourquoi votre liste aurait-elle du succès quand on sait que la tentative identique d’Eli Ishay, au niveau national, a échoué?

A.K.: Jérusalem est à mettre à part du reste du pays. Yahad y avait obtenu beaucoup de voix. Par ailleurs, à cette époque, le concept n’en était qu’à ses débuts. Aujourd’hui, nous visons au minimum quatre mandats et avec les jeux de rotation, Jérémy pourrait siéger aussi. Nous pouvons être un pilote pour les élections nationales.

 

Lph: Soutenez-vous un candidat au poste de maire?

A.K.: Pas pour l’instant. A priori, Zeev Elkin, Moshé Léon et le Rav Yossef Deutsch nous paraissent être raisonnables, même si Elkin s’entoure des mêmes que Barkat. Ofer Berkovitch, quant à lui, est le seul que nous ne soutiendrons pas. Il était pendant huit ans le partenaire de Nir Barkat dans la transformation de Jérusalem plus laïque et plus à gauche. Barkat a fait beaucoup de cosmétique pendant ses deux mandats, mais la vie quotidienne des habitants n’a cessé de se dégrader. Nous attendons un virage à 180 degrés.

 

Lph: Quel est votre message aux Francophones de Jérusalem?

Jérémy Bendesson: Nous voulons servir tous les habitants de Jérusalem, mais nous savons que les Francophones ont des besoins particuliers. Nous voulons aider les adolescents en créant des structures pour eux dans les quartiers, nous avons aussi un programme pour le 3e âge et nous mettrons l’accent sur l’assistance dans le milieu scolaire. Nous nous préoccuperons des besoins centraux de chacun.   

 

Propos recueillis par Guitel Ben-Ishay

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

Recevez chaque matin

L'actualité israélienne des dernières 24h !