fbpx
mercredi, 26 septembre, 2018

L’Institut Reidman: Plus qu’une école, une famille

Il y a 30 ans, Sally Reidman débarque en Israël des Etats-Unis. Elle fonde alors l’Institut Reidman pour former des professionnels de la médecine alternative. Ce qui a commencé par des cours de massage est devenu aujourd’hui une école bien installée qui dispense toutes les disciplines de la médecine holistique, dans plusieurs points clés du pays et d’une renommée qui dépasse toutes les attentes de sa fondatrice.

 

Influencer le monde par des énergies positives

C’est avec beaucoup d’entrain et une passion qui n’a pas été écornée par les années, que Sally Reidman répond à nos questions sur les débuts de son institut: ”Lorsque je suis venue en Israël pour la première fois, j’en suis tombée amoureuse. J’ai compris que c’était le meilleur endroit pour créer des énergies positives qui influeront sur le monde. Mes parents ayant traversé la Shoah, je voyais aussi comme une mission de faire d’Israël un pays encore meilleur”.

Sally a, déjà aux Etats-Unis, entrepris une carrière dans la médecine alternative et plus particulièrement les massages. A partir de là, elle décide de créer une école qui permettra au plus grand nombre de pratiquer cette médecine et ainsi à un large public de bénéficier de ses bienfaits.

”Le développement de l’institut s’est fait à un rythme naturel. Puis au bout des sept premières années, j’ai compris que ces disciplines étaient très demandées”. En effet, elle constate que de plus en plus de personnes sont déçues par la médecine conventionnelle. Et le mouvement ne fait que s’accentuer puisque l’on estime à 50% aujourd’hui, le nombre d’Israéliens qui se tournent vers la médecine naturelle. Les hôpitaux et les koupot holim en ont fait une offre quasi systématique.

Sally nous l’avoue, elle ne s’attendait pas à un tel engouement. Aujourd’hui, l’Institut Reidman possède six branches: Jérusalem, Tel Aviv, Haïfa, Kineret, Eilat et Beer Sheva et la plus grande bibliothèque de médecine alternative du pays, située à Ramat Aviv. Mais pour l’heure, tous les yeux sont rivés sur les Francophones puisqu’à l’initiative de Florence Halimi, ancienne diplômée, une section spéciale pour eux va ouvrir.

Un métier d’avenir

C’est toujours avec le même objectif que la fondatrice a accepté avec enthousiasme l’idée de Florence: ”C’est un moyen pour aider les olim, influencer ceux qui pensent à faire leur alya, les aider à l’intégration et leur donner un métier d’avenir. Je veux que tous les Juifs du monde puissent réussir en Israël et apporter leurs compétences. Nous devons, tous ensemble, permettre au pays de devenir meilleur”.

D’ailleurs l’Institut s’adresse déjà aux touristes puisqu’il est possible d’effectuer une formation raccourcie pendant les vacances d’été et de repartir avec un diplôme de l’institut qui est reconnu dans plusieurs pays.

Mais le projet de Sally et Florence va plus loin. Il s’agit de donner des cours en français aux Francophones d’Israël qui souhaitent apprendre un métier, se recycler ou juste pour se faire plaisir. Le rythme des cours est adapté aux personnes dans la vie active. Lors des sessions, les étudiants apprendront aussi le vocabulaire professionnel en hébreu. Florence nous explique que le premier cours qui ouvrira en français sera un cours intensif de quatre mois, de massage suédois. ”Le diplôme est reconnu par toutes les koupot holim et les hôpitaux, les débouchés sont nombreux et il y a beaucoup de possibilités d’évolution”. En effet, le massage suédois est la base de toutes les autres techniques de la médecine naturelle. A partir de là, on peut facilement s’orienter vers les autres types de massage mais aussi les Fleurs de Bach, l’aromathérapie, la médecine chinoise et tant d’autres disciplines que recouvre la médecine naturelle et qui sont enseignées au sein de l’Institut Reidman. Les accords professionnels avec Maccabi Tivi, ou avec la Clalit pour la recherche, sont autant de gages de la réputation de l’école.

Par ailleurs, les cours sont adaptés à tous les publics, comme le précise Florence: ”Pour ceux que la mixité dérange, il y a des rideaux qui séparent les tables de massage, si le professeur est un homme alors il aura une assistante et vice-versa, de telle sorte que chaque sensibilité soit respectée”.

Plus qu’une école, une famille

Outre le fait de prodiguer une formation professionnelle aux multiples débouchés, l’Institut Reidman est une structure dans laquelle les étudiants apprennent avec passion et qui reste en contact avec ses anciens. Le Club permet de créer des liens entre les étudiants, anciens et actuels. Il est aussi un réservoir impressionnant, en 30 ans d’existence, pour se constituer un réseau et prendre les bons conseils. Surtout, comme le dit Florence: ”On fait du bien autour de soi grâce à notre médecine et on se fait du bien à soi-même”.

Et cela ne s’arrête pas là. L’Institut Reidman est aussi diffuseur de bien-être aux populations qui en ont le plus besoin et pas toujours les moyens de se le procurer. ”Nous organisons chaque année de nombreux soins pour les familles endeuillées, les rescapés de la Shoah ou les soldats. Pendant Tsouk Eytan, nous sommes descendus une dizaine de fois sur la ligne de front, bénévolement, pour masser nos soldats”.

En guise de conclusion, Sally tient à insister: ”Je veux que tous les Israéliens puissent bénéficier de nos traitements. Nous vivons dans un pays où le degré de stress est élevé. La médecine naturelle est idéale pour cela et aide tout le monde, les adultes comme les enfants. Ainsi nous créerons une société plus sereine”.

 

Pour aller plus loin:

Florence: 02-5002450

www.reidman.co.il

Commenter avec Facebook

Ca pourrait vous intéresser

Laisser un commentaire

Recevez chaque matin

L'actualité israélienne des dernières 24h !