Liban : le Hezbollah menace les forces chrétiennes

L’ombre d’une nouvelle guerre civile au Liban devient de plus en plus pesante.

Dans un discours télévisé belliqueux comme il en a l’habitude, Hassan Nasrallah, chef du Hezbollah a évoqué les incidents récents lors desquels sept partisans son organisation alliée Amal ont été tués lors d’une manifestation. Il a déclaré qu’il s’agit « d’un tournant dans la vie politique libanaise » et menacé les forces chrétiennes responsables selon lui des tirs sur les manifestants. Nasrallah a accusé les Forces libanaises (chrétiennes) de Samir Geagea de « vouloir la guerre civile » et a averti que le Hezbollah « est plus fort que jamais » et qu’il dispose de « 100.000 combattants armés et entraînés ». Il a déconseillé aux forces chrétiennes de « tester la volonté du Hezbollah ».

Le parti des Forces libanaises a démenti toute implication dance ce qui s’est passé et a au contraire accusé le Hezbollah d’en être responsable de par sa campagne violente contre le juge Tarek Bitar qui mène l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth en août 2020.

Le chef terroriste a ensuite tenté de rassurer la population chrétienne libanaise – très remontée contre le Hezbollah – en affirmant que « le Hezbollah protégera ses droits », terminologie typique de la dhimmitude, et il a rappelé qu’il est l’allié avec le plus grand parti chrétien du pays, le Courant patriotique libre, dirigé par le président libanais Michel Aoun.

Photo Flash 90

Article suivant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Welcome Back!

Login to your account below

Create New Account!

Fill the forms below to register

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.