La fille d’Amos Oz présente son père sous un angle peu flatteur

Galia Oz – Photo Wikipedia

Amos Oz, l’un des écrivains israéliens les plus célèbres et qui fut aussi l’une des grandes icônes de la gauche pacifiste israélienne est présenté sous un angle assez terrifiant dans un livre autobiographique écrit par sa fille Galia Oz. Dans ce livre intitulé « Davar HaMit’hapess BeAhava » (« Une chose qui se déguise en amour »), elle dépeint un père qui était certes pacifiste sur le plan politique mais extrêmement violent avec elle sur le plan verbal comme physique durant son enfance.

Extrait : « Quand j’étais petite, mon père me frappait, m’insultait et m’humiliait. Cette violence était créative : il me traînait à travers l’appartement, me jetait dehors sur le palier et m’appelait ‘pourriture’. Ce n’était pas une perte de contrôle passagère ou une gifle ici et là mais c’était la routine d’une brutalité sadique. Le crime était juste le fait que j’existe, et pour cela, la punition ne pouvait connaître de fin. Il avait un besoin de voir que je craque. A la maison, la terreur régnait mais il fallait tout le temps faire bonne figure devant les étrangers. J’écris le mot ‘terreur’ car la menace de violence planait tout le temps dans l’air, et cela suffisait pour semer la peur et – pour lui – conserver la maîtrise. L’intimidation et la simulation étaient intimement liées. Notre microcosme familial, dans lequel les événements violents se suivaient les uns après les autres, n’existait pas seulement pour satisfaire les pulsions de cruauté de mon père, mais aussi pour que subsiste sans cesse une atmosphère d’intimidation afin que jamais la moindre plainte ne puisse suinter des murs de la maison vers l’extérieur . Et tout ceci était déguisé situation d’amour évidente, vers l’extérieur, dans la sphère publique et le milieu familial, afin d’imposer le silence et toute velléité de rébellion ».

La violence au sein de la famille est un phénomène qui traverse les couches sociales et les préférences politiques. Elle n’est ni de gauche ni de droite. Mais ces révélations retentissantes de la fille d’Amos Oz mettent en contraste l’aspect extérieur de celui qui fut dépeint comme un donneur de leçons morales à l’Etat d’Israël sur toutes les tribunes en Israël et à l’étranger, avec une indulgence et une pitié insupportable envers des terroristes mais qui fut apparemment en privé un homme d’une violence extrême envers sa propre fille.

En 1989, lors d’une manifestation du mouvement « Shalom Akhshav », Amos Oz avait qualifié des pans de la droite israélienne de « secte cruelle et sadique »!!

Une illustration édifiante de la maxime talmudique: « Celui qui a pitié des gens cruels finira par être cruel envers les personnes charitables ».

Photo Moshé Shaï / Flash 90

Article suivant

Commentaires 7

  1. KIGEM says:

    APRÈS TOUTES CES AFFAIRES QUI NOUS ARRIVENT PAR DÉNONCIATION POUR DES PERSONNES APPARTENANT À LA GAUCHE DOIT ON PENSER QU ÊTRE DE GAUCHE À AUTORISER AUX PIRES TURPITUDES ?

  2. roberto says:

    A ces grands penseurs de gauche !
    Prompts a donner des lecons de morale a tout le monde et a insulter ceux qui ne pensent pas comme eux.
    Gens pretentieux et meprisants envers les autres.
    Quelle hypocrisie.
    A vomir.

  3. simon says:

    Beurk. Quand on defend le terrorisme qui a tué alors, quelque chose ne va pas.

  4. Soliloque says:

    La violence en soi n’est le fait d’aucun parti comme le dit l’article. On n’excuse que sa propre violence en excusant celle des autres. De ce point de vue, Badinter a été le pire ministre de la justice en France. On voit ce qu’il en coûte à présent à la France sur le plan du terrorisme

  5. Nicole says:

    La dernière phrase n’est pas en phase avec le texte.
    Merci pour l’info.

  6. AGOSTA says:

    nous avons des exemples frappant en France parmi nos socialistes donneurs de leçons !

  7. danielka says:

    J’ai lu tout Amos Oz, il fait partie de ma vie. il est dans ma bibliothèque. Je le considérais comme mon frére jumeau.mais après qu’il se fut affilié à Chalom Akshav ,le lien s’est rompu . Il reniait tout ce qu’il avait été, Un israèlien attaché à sa patrie , à tout ce que ce pays ou il est né représentait pour lui .Maintenant, nous entendons des enfants parler de leur père des années plus tard; Amos Oz n’est plus là pour se défendre, alors je ne sais pas…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Welcome Back!

Login to your account below

Create New Account!

Fill the forms below to register

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.