Avigdor Lieberman lance un appel aux partis de droite

Avigdor Lieberman a appelé à la formation d’un front de centre droit et de droit qui constituerait un bloc « sioniste, de droite et libéral » qui empêcherait Binyamin Netanyahou et les orthodoxes de former un prochain gouvernement. Il s’est adressé pour cela par une lettre à Gideon Saar, Yaïr Lapid et Naftali Benett. Concernant ce dernier, il s’agit d’une bizarrerie lorsqu’on se souvient des propos lancée contre le parti Yamina qualifié « de messianiste » et surtout contre Naftali Benett lui-même, à propos duquel président d’Israël Beiteinou avait dit « qu’il n’y aura jamais de pardon » et qu’il n’existe plus pour lui.

Dans sa lettre Avigdor Lieberman dénonce « l’influence surdimensionnée » des partis antisionistes qui sont selon lui Shass, Yahadout Hatorah et la Liste arabe unifiée. Il a cité une statistique qui indique que d’ici 2065 les orthodoxes et les Arabes formeront une majorité de la population du pays avec tout ce que cela implique au niveau de la représentation politique.

L’ancien ministre de la Défense a écrit qu’il est conscient des divergences politiques entre les partis qu’il propose d’unir sous un même toit mais que le bien et l’avenir de l’Etat d’Israël impose une telle démarche. La haine envers Binyamin Netanyahou aussi.

Sa lettre comprend aussi des propositions comme celle de voter une loi empêchant un député sous le coup d’une inculpation de former un gouvernement ou président de l’Etat, limiter à deux législatures de cinq ans le mandat d’un Premier ministre, l’adoption d’une constitution, l’obligation pour chaque parti politique de comprendre au moins trois femmes dans les dix premières places de la liste, l’adoption de lois libérales sur les relations entre Etat et religion, y compris le mariage civil et les transports publics le Chabbat, l’obligation d’enseigner les matières générales dans les écoles orthodoxes et l’obligation d’un service civil ou militaire.

Il y a toutefois peu de chances qu’un tel bloc se forme sous la houlette d’Avigdor Lieberman, car le dirigeant de chacun des trois partis à ses propres ambitions. Il ne faut pas oublier non plus que l’impasse politique qui plombe le pays depuis les élections d’avril 2019 porte un nom : Avigdor Lieberman, qui avait empêché Binyamin Netanyahou de former un gouvernement. La suite est connue.

Naftali Benett a déjà répondu par la négative en répondant qu’il est « plus urgent de venir en aide à 800.000 chômeurs qu’à quatre politiciens ».

Photo Meïr Vaknin / Flash 90

close

Attendez...

Et si vous receviez chaque matin l'info en direct d'israël 24h/24 - 6j/7 ?

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.
En vous inscrivant, vous accepter de recevoir des offres de partenaires de LPH Infos

Article suivant

Commentaires 3

  1. martinette says:

    Ce faux cul et poutiniste devrait plus se soucier du peuple et notamment de ceux que la crise sanitaire a puni et non pas de ses propres ambitions politiques.

  2. mosheal says:

    Personne ne fait plus cas de ce sadique. L histoire rappelera les torts qu il a fait au pays

  3. Barkohva says:

    Il n’est pas encore en Prison , ce Traître à Israël….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Welcome Back!

Login to your account below

Create New Account!

Fill the forms below to register

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.